Victimes d’accident : Le certificat médical initial

certificat médical initial CMI

Pour les victimes de dommages corporels le certificat médical initial est un document essentiel.

C’est le premier document remis lors de votre arrivée à l’hôpital suite à un accident de la circulation, un accident du travail, un accident de la vie ou encore une agression.

Une Définition du certificat médical initial (CMI).

Établi par un médecin, le certificat médical initial (CMI) est un constat médico-légal. Il déclare des violences volontaires, physiques ou psychiques, ou des blessures involontaires subies par une personne. Il fait partie des éléments qui permettront de prouver devant la justice du préjudice subi, et d’indemniser la victime.

Ce certificat médical initial a une importance capitale. Il permet de décrire l’état dans lequel se trouve la victime suite à l’accident.

Il est important que tout soit scrupuleusement noté dans ce certificat, comme les blessures apparentes, lésions, traumatismes ou douleurs même superficielles. Ce document servira de base à l’évaluation médicale des préjudices par l’expert. En résumé, il doit être libellé de façon à indiquer tous vos préjudices. Il faut donc veiller à ce qu’aucun dommage ne soit oublié, et conserver le document. Il est indispensable pour l’indemnisation du dommage corporel.

Dans quel cas le médecin établit un CMI ?

Le médecin peut intervenir à la fois pour prodiguer les soins nécessaires et pour établir un constat médico-légal. Tout médecin, quelle que soit sa spécialité ou son mode d’exercice, médecin traitant de la victime ou non, peut avoir à établir un certificat médical initial. La demande peut émaner directement de la victime ou relever d’une réquisition judiciaire. Dans ce dernier cas, le médecin doit exiger de l’autorité requérante, procureur de la République, officier de police judiciaire ou magistrat, une réquisition écrite.

L’établissement du certificat médical initial. 

Le médecin rédige le CMI après avoir écouté et examiné la victime. Il y rapporte ses dires sur le mode déclaratif et entre guillemets. Le médecin ne se prononce pas sur la réalité des faits, ni sur la responsabilité d’un tiers. Il ne détermine pas non plus si les violences sont volontaires ou non. Aussi il décrit dans le CMI les signes cliniques des lésions, c’est-à-dire la nature, dimension, forme, couleur, siège anatomique précis, entre autres et les signes neurologiques, sensoriels et psycho-comportementaux constatés. Il rapporte finalement, s’il y a lieu, la présence de lésions plus anciennes ou de nature différente, et les éventuels signes cliniques négatifs (absence de lésion visible en regard d’une zone douloureuse).

Le médecin peut, avec l’accord de la victime, étayer sa description de schémas ou de photographies. Aussi sont évaluées les conséquences physiques et psychiques. Si des examens ou avis cliniques complémentaires ont été demandés, ils sont mentionnés dans le CMI avec leurs résultats, s’ils sont disponibles, sinon les résultats feront l’objet d’un certificat complémentaire.

Le médecin peut également faire état dans le CMI de l’éventuelle vulnérabilité de la victime. Cette vulnérabilité peut être due à l’âge de la victime, d’un état de grossesse, d’une maladie ou d’une déficience physique ou psychique. Enfin, il indique dans le CMI, quand c’est possible, la durée de l’incapacité totale de travail (ITT) consécutive aux violences.

À qui doit être remis le CMI ?

Le médecin remet le CMI à la victime ou à son représentant légal si la victime est mineure ou fait l’objet d’une mesure de protection.

Le CMI ne doit pas être remis à un tiers. Notons que le conjoint est considéré comme un tiers. Mais lorsque le médecin réalise le certificat sur réquisition judiciaire, il le remet au service qui a émis la réquisition.

La victime peut également demander un certificat médical initial complémentaire. Par exemple, dans le cas ou la victime constate que toutes les lésions n’ont pas été mentionnées, ou lorsque certaines sont apparues les jours suivants l’accident. Des lésions non mentionnées dans le CMI pourraient ne pas être prises en compte lors d’une possible indemnisation. Il faut donc veiller à solliciter un certificat médical complémentaire en cas de besoin.

Contact

Mon cabinet a comme domaine d’activité principal l’assistance juridique des victimes de dommages corporels. Écoute, confiance et réactivité sont indissociables de mon action d’accompagnement et de conseils généraux.  Avocate au barreau de Paris, j’accompagne les victimes dans toutes les démarches administratives et juridiques concernant ce champ du droit et j’ai pour but d’obtenir la meilleure indemnisation possible des préjudices subis. Situé à Paris, dans le XVII arrondissement, vous pouvez me contacter à l’aide des formulaires de demande d’information et de demande de rendez-vous, par téléphone

au +33(0)1 88 32 81 27

ou par courriel : contact@rsl-avocat.com.

Je vous répondrai dans les plus brefs délais.

accidents de travail

Accident de travail

Lors d’un accident de travail impliquant un dommage corporel le salarié sera, sous certaines conditions, indemnisé forfaitairement. En général cette réparation ne tient pas toujours compte de l’ensemble des préjudices liés à l’accident. Par ailleurs la réparation des préjudices qui découlent d’un accident de travail ou accident de trajet obéit à des règles spécifiques, différentes de celles du droit du dommage corporel.

.

avocat accident de la route

Les accidents de la route

La victime de dommages corporels, et ses proches sont le plus souvent démunis après un accident de la route. Lorsqu’elle nous présente son cas, de nombreuses démarches s’imposent et des questions multiples peuvent se poser. Être assisté par un avocat des victimes de la route est dans la plupart des cas important pour la défense des droits des proches et de la victime.

accident médical

Accidents médicaux

Un accident médical désigne toute forme d’incident, d’accident ou événement indésirable survenant lors d’une hospitalisation ou d’un traitement médical. Le terme erreur médicale est aussi utilisé pour désigner l’accident ou incident survenant dans le domaine de la santé.

accident chutes

Victimes d’accident : que faire ?

il est essentiel de conserver un maximum de preuves de l’accident. Il est ainsi très important de faire des photos sur les lieux de l’accident…

.

traumatisme crânien avocat

Traumatisme crânien

Les traumatismes crâniens regroupent à la fois les lésions du cuir chevelu, les fractures du crâne, les commotions cérébrales, les hématomes (contusions), les déchirures (lacérations) cérébrales, l’accumulation de sang dans le cerveau ou entre le cerveau et la voûte crânienne (hématomes intracrâniens) et les lésions des cellules nerveuses dans l’ensemble du cerveau (lésions axonales diffuses).

handicap, radiographie du handicap

Droit du handicap

Défini comme limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement, il peut mener à des difficultés psychologiques, intellectuelles, sociales ou physiques. Il s’agit donc d’une déficience provoquant une incapacité, permanente ou non.

indemnisation du dommage corporel et son calcul

Indemnisation du dommage corporel

Le principe fondamental à retenir en matière de réparation ou indemnisation du dommage corporel figure dans la résolution 75-7 du Conseil de l’Europe. Il est systématiquement rappelé par la Cour de Cassation : « la victime doit être replacée dans une situation aussi proche que possible de celle qui aurait été la sienne si le fait dommageable ne s’était pas produit », ce qui se résume par : « tout le préjudice et rien que le préjudice »

.

accident de la route détermination des préjudices douleurs au dos

Accidents de la route, détermination et évaluation des préjudices

Les professionnels de santé peuvent déterminer les préjudices subis par la victime de l’accident de la route et de ses proches quand l’état de la victime est stabilisé ou consolidé. Le médecin-conseil et les différentes expertises médicales permettront ensuite d’établir les préjudices selon la nomenclature Dintilhac et de les évaluer pour indemniser la victime.