Les victimes de brûlures

dommage corporel, victimes de brûlures et grands brulés

Un accident de la route, de la vie, du travail, ou bien un incendie, une agression, peut occasionner des brûlures. Les victimes de brûlures peuvent par la suite demander l’indemnisation de leurs préjudices qui sont souvent très importants. Aussi pour l’avocat et le médecin conseil de la victime, la spécificité des lésions engendrées par les brûlures nécessite une connaissance et un traitement particuliers du dossier.

Temps de lecture : 7 minutes

L’origine des brûlures

Le nombre annuel de brûlés en France est estimé, à ce jour, à 500.000, dont 10.000 victimes hospitalisées.

Brûlures thermiques

Les brûlures thermiques sont les plus fréquentes. Elles peuvent survenir par ébouillantement, inflammation – responsable de la moitié des décès de brûlés, explosion, ou encore contact avec un solide brûlant – un métal en fusion par exemple.

Brûlures electriques

Les brûlures peuvent être également électriques. Ainsi en est-il de l’électrisation, l’électrocution, le foudroiement, l’arc électrique, le flash électrique.

Brûlures chimiques

Moins fréquentes, les brûlures chimiques qui ne sont pas nécessairement cutanées, mais peuvent être respiratoires, digestives ou bien oculaires.

Brûlures radiologiques

Les brûlures radiologiques enfin, survenant après une exposition excessive à un agent ionisant.

Les brûlures de la victime

La peau

La peau est un organe qui protège le corps contre les traumatismes et les infections. C’est aussi un organe sensoriel. Il s’agit également d’un organe esthétique et de communication sociale. Elle est composée principalement de trois tissus appelés, de la couche la plus en surface à la couche la plus profonde, épiderme, derme et hypoderme.

Le derme contient des capillaires sanguins qui participent au contrôle de la température du corps. De nombreuses terminaisons nerveuses traversent également le derme et l’épiderme, jusqu’à la surface de la peau.

La peau est, par ailleurs, le plus grand organe du corps. Ainsi, chez l’adulte, la surface de la peau représente entre 1,5 et 2 mètres carrés.

Pour déterminer la gravité d’une brûlure, il est essentiellement tenu compte de la profondeur de la brûlure, de sa surface, et de sa localisation.

La surface brûlée

En premier lieu, est prise en considération la surface brûlée, qui se traduit en pourcentage de la surface corporelle totale appelée aussi “SC”.

On parle de grand brûlé lorsque les brûlures sont supérieures à 20% de la surface corporelle. Toutefois, pour les enfants et les personnes âgées de plus de 65 ans, ce seuil est abaissé à 10%. Il est, de même abaissé à 5% pour les nourrissons.

La profondeur de la brûlure de la victime

En second lieu, on apprécie la profondeur de la brûlure. C’est-à-dire, plus la brûlure est profonde, plus elle est grave. Aussi, on classe les brûlures par degré. Généralement elles guérissent en quelques jours.

Brûlure au premier degré

Une brûlure au premier degré atteint l’épiderme seulement. On peut donner l’exemple du coup de soleil. Ces brûlures guérissent en quelques jours et ne laissent jamais de cicatrices.

Brûlure au second degré

La brûlure au second degré peut être profonde ou superficielle. Ces brûlures touchent le tiers supérieur du derme. La peau est douloureuse et peut être rosée, rouge claire ou blanche, selon la gravité de la brûlure. Les brûlures du second degré laissent généralement une cicatrice définitive.

Brûlure au troisième degré

Enfin, la brûlure au troisième degré atteint la peau en profondeur, l’épiderme et le derme, jusqu’à la graisse. Pour ce type de brûlure, il faudra procéder par excision chirurgicale et greffe cutanée.

La brûlure peut parfois atteindre les muscles, les tendons, les articulations, les os, les cartilages.

Autres facteurs de gravité de la brûlure

Outre la surface brûlée et la profondeur de la brûlure, d’autres facteurs de gravité sont pris en compte tels que l’âge de la victime brûlée. La mortalité est plus fréquente chez les victimes âgées de moins de cinq ans et de plus de soixante ans.

La localisation de la brûlure intervient également dans l’appréciation de sa gravité. Ainsi, les brûlures de la face, des mains et du périnée sont particulièrement graves.

La particularité de ces lésions et des traitements qu’elles engendrent, va déterminer l’appréciation des préjudices de la victime de brûlures.

Le risque viral de la brûlure

Certaines brûlures présentent en outre un risque vital : risque d’asphyxie pour les brûlures de la face, du coup, du thorax ; risque infectieux pour les brûlures du périnée.

Les risques fonctionnels

Les brûlures peuvent encore se compliquer de risques fonctionnels.

Le risque esthétique

Elles peuvent également s’accompagner de risques esthétiques. C’est le cas, par exemple, des brûlures du visage.

victimes de brûlures, la peau
Le peau

Les préjudices spécifiques des victimes de brûlures

La victime subit le plus souvent un traitement lourd. Les brûlures nécessitent souvent des greffes de peau, des séjours en centre de rééducation, des cures thermales, des séances de kinésithérapie…

La reconstruction chez les grands brûlés, par les greffes notamment, ne compense que partiellement les destructions des récepteurs sensitifs. 

La victime des brûlures se voit en outre équipée de conformateurs, vêtements compressifs, habits de contention, appareillages.

La cicatrisation est par ailleurs un processus qui peut être pathologique ou défectueux.

Du fait de ces spécificités, la victime brûlée doit être assistée par un spécialiste de la brûlure en matière de chirurgie plastique et reconstructrice.

La victime de brûlures doit également être accompagnée par un psychologue. En effet, la brûlure constitue un événement traumatique et par conséquent la victime en garde nécessairement des traces psychiques qui génèrent de la souffrance dans sa vie personnelle, familiale, sociale, notamment. Ainsi, à la suite de grandes brûlures, on observe des troubles psychologiques dans 25 à 30 % des cas.

La brûlure porte une atteinte à l’image du corps de la victime et par conséquent, à l’estime qu’elle a d’elle-même.

Les brûlures peuvent avoir causé aussi des lésions à d’autres endroits du corps, nécessitant la présence d’autres spécialistes. 

Du fait de ses lésions, la victime brûlée ne peut être traitée comme une autre victime. Il s’agit de prendre en compte certains préjudices qui, chez les grands-brûlés, doivent faire l’objet d’un savoir-faire particulier.

Contact : RSL Avocat des victimes de brûlures

Mon cabinet a comme domaine d’activité principal la défense juridique des victimes de dommages corporels. Écoute, confiance et réactivité sont aussi indissociables de mon action d’accompagnement de et de conseils généraux.

J’ai aussi les compétences nécessaires et une longue expérience en tant qu’avocat des victimes de brûlures. Avocate au barreau de Paris, j’accompagne les victimes dans toutes les démarches administratives et juridiques concernant ce champ du droit dans le but d’obtenir la meilleure indemnisation possible des préjudices subis.

Situé à Paris, dans le XVII arrondissement, vous pouvez me contacter à l’aide des formulaires de demande d’information et de demande de rendez-vous, par téléphone au +33(0)1 88 32 81 27 ou par courriel : contact@rsl-avocat.com. Je vous répondrai dans les plus brefs délais.

Articles connexes

Avocat des victimes de dommages corporels

Pourquoi un avocat en dommages corporels pour défendre les victimes de brûlures ?.

Lire l’article →

Raphaële Secnazi Leiba Avocat dommages corporels

Accidents de la route

Un accident de la route peut parfois être à l’origine de brûlures très graves. Quelle est la procédure d’indemnisation ? Comment être indemnisé ?

Lire l’article →

accidents de la route

Indemnisation des victimes de dommages corporels

Qui indemnise les victimes de dommages corporels, et particulièrement de brûlures ?

Lire l’article →

indemnisation du dommage corporel et son calcul

Les accidents de travail

Un accident de travail peut avoir comme conséquence des brûlures graves. Peut-on être indemnisé ?

Lire l’article →

accidents de travail